Boréalie : « Notre identité de marque, c’est le fleuve »

2021-04-21
Santé et beautéMarie PârisFiche du commerçant

Fondée en pleine pandémie, Boréalie offre des produits cosmétiques à base d’ingrédients marins tirés du Saint-Laurent, notamment des algues. L’objectif de la marque : prendre soin de soi en valorisant une ressource locale encore méconnue.


Originaire de France, Claire Bardin est arrivée au Québec il y a six ans pour un stage de quelques mois au CHU de Montréal. Finalement, elle est passée de stagiaire à cheffe de service de la qualité des soins et n’est jamais repartie. C’est qu’elle a eu un vrai coup de cœur pour le Québec, où elle a d’ailleurs rencontré son conjoint. La seule chose qui lui manquait : des produits cosmétiques locaux pour lesquels elle aurait aussi un coup de cœur. « Ça fait 25 ans que la cosmétique propre et bio existe en France, et je trouvais que ça manquait un peu ici », raconte Claire.


En 2017, lors d’une promenade au bord du fleuve, quelqu’un lui dit : « On a un trésor entre les mains et on n’en fait rien ». C’est le déclic. « C’est venu me chercher. Je savais qu’en France la cosmétique marine existait, notamment en Bretagne, donc je me suis dit que j’allais fabriquer ce que je trouvais pas ici, avec une ressource qui mérite largement d’être valorisée. » La jeune femme ne se considère pas tant comme passionnée de produits de beauté plutôt que comme « passionnée de prendre soin de soi et des autres ». « J’avais le goût de prendre soin des gens autrement que quand ils sont rendus à l’hôpital... » Boréalie était née.

Boréalie
Boréalie


La cosmétique marine, une industrie en développement

L’ingrédient de base des produits Boréalie ? Les algues. Quand Claire a compris ce qu’il y avait dans le fleuve, elle s’est dit que c’était trop bête d’aller chercher des ingrédients ailleurs. « C’est souvent plus facile de voir les trésors qu’on a sous les yeux quand on les voit avec un nouvel œil que quand on est né ici, explique la jeune expatriée. Il y a tellement d’algues dans le Saint-Laurent et elles sont si peu mises en valeur ! » Claire et son associé, son conjoint Mathieu, optent pour la laminaire sucrée, qui résiste à tout, se développe même dans des conditions hostiles et n'absorbe que ce qui est bon pour elle. Le végétal a en outre des propriétés hydratantes et antioxydantes, en plus de favoriser l’élasticité de la peau.

Boréalie s’est associée à des entreprises qui formulent des ingrédients actifs, principalement à Rimouski. « On ne voulait pas juste mettre de l’algue dans nos produits pour pouvoir le dire, mais bien aller chercher les principes actifs de ces végétaux. » Si quelques marques de cosmétiques québécoises ont déjà utilisé des algues dans certains de leurs produits (Lise Watier notamment), Claire souligne que Boréalie est la seule entreprise à incarner complètement le fleuve dans tout ce qu’elle développe.

« On s’inspire du Saint-Laurent. Il est dessiné dans notre logo et ce n'est pas pour rien : c’est notre identité de marque. On veut rappeler aux Québécois les trésors qu’ils ont sous leurs yeux », indique-t-elle.

Boréalie
Boréalie


Les deux entrepreneurs s’adonnent à leur projet les soirs et fins de semaine, en plus de leurs emplois respectifs, et mènent notamment à bien une campagne de sociofinancement pour lancer Boréalie. « On est allés chercher les partenaires avec les expertises qui nous manquaient. Entreprise spécialisée en biotechnologie marine, laboratoire de formulation, etc., explique Claire. C’est difficile de travailler le marin, il faut un peu ouvrir la voie. » La transformation d'algues pour des produits répondant aux normes cosmétiques n’est en effet pas évidente car très peu d’entreprises spécialisées existent au Québec. Les délais d’attente sont donc longs.

Mais Claire s’attend à ce que cela change. Elle et son associé se sont en effet aperçus, en parlant avec leurs partenaires scientifiques, que la demande pour les algues du fleuve allait en grandissant. « On se rend aussi compte que les étrangers ont compris avant les Québécois qu’il y avait une valeur ajoutée ici ; c’est pourquoi nos matières premières sont exportées, ajoute la jeune femme. Il faut donc que l’industrie s’organise pour faire rester ici cette matière, qu’on en soit fiers. Nous on fait partie de ceux qui veulent bâtir, donc c’est dur. Mais dans cinq ans, cette industrie va rayonner. »

Boréalie
Boréalie


Un lancement très encourageant

Fin 2019, Claire quitte son emploi, et Boréalie est officiellement lancée en juin 2020. La marque ne commercialise pour le moment que trois produits, mais travaille actuellement sur un projet de savon avec de l’argile de Kamouraska et de crème solaire à base d’algues - « l’algue a aussi des propriétés anti-UV incroyables, et comme on rejette des particules de crème solaire dans l’eau, autant qu'elles soient propres ! » Car l’environnement est important pour la compagnie. Claire souligne que ses produits sont vendus dans des contenants de verre recyclé, sans les boîtes extérieures qu’on retrouve en général dans les produits de beauté, question d’éviter le suremballage. Enfin, Boréalie reverse une partie de ses profits à la fondation David Suzuki.

Boréalie
Boréalie


Les produits de la marque, qui s’adresse aux hommes comme aux femmes, sont disponibles sur la boutique en ligne de Boréalie ainsi que dans 14 points de vente au Québec, de Rimouski à Montréal, des boutiques d’art de vivre aux pharmacies et instituts de beauté. Et le nombre de points de vente continue d’augmenter. « C’est hyper encourageant ! On a fait une première année qu’on n’aurait pas crue possible dans ce contexte de pandémie. Les clients adorent notre approche avec le fleuve, conclut Claire. Maintenant, les gens pensent à nous quand ils voient le Saint-Laurent ! »

Boréalie vous offre 10% de rabais sur son site du 23 avril au 31 mai avec le code promotionnel PANIERBLEU.

Marie Pâris
Marie Pâris est journaliste et se spécialise en culture et gastronomie. Elle compte plus de dix ans d’expérience dans divers médias imprimés et web, en France comme au Québec. Elle a notamment dirigé les rubriques Gastronomie et Arts de vivre du magazine VOIR et le Guide Restos VOIR, et est aujourd’hui la correspondante au Québec du site Star Wine List.

Articles qui pourraient vous intéresser

Infolettre

Inscrivez-vous pour découvrir les derniers articles en primeur et être informés de l'évolution du Panier Bleu!

Merci! Votre inscription a bien été reçue
Une erreur est survenue. Nous vous invitons à réessayer ultérieurement