Portrait d’entrepreneure : Laura Nezri, fondatrice de Maison Tess

2020-10-22
MaisonL'équipe du Panier BleuFiche du commerçant

C’est alors qu’elle cherchait elle-même à redécorer sa maison que l’idée de Maison Tess est venue à Laura Nezri, incapable de trouver des produits de son goût. C’est ainsi que démarre l’aventure de cette entrepreneure québécoise pour révolutionner l’industrie des articles de maison. 

Découvrez le parcours de Laura Nezri et l’histoire de Maison Tess dans cette entrevue du Panier Bleu :

1. Pour toi, ça veut dire quoi entreprendre?

Pour moi, entreprendre c'est mettre en place une vision claire qu'on a en soi, et de l'exécuter au quotidien de manière à ne jamais être déstabilisés par les défis de tous les jours.

2. Qu’est-ce qui t’encourage à te lever le matin chaque jour et à continuer ce que tu fais?

Maison Tess, c'est comme un troisième enfant pour moi. C'est quelque chose qui fait partie de ma génétique, de qui je suis en tant que femme et en tant que maman. Venir ici tous les jours et pouvoir exécuter ma vision, je le vois vraiment comme un privilège, donc je n'ai même pas besoin d'une motivation supplémentaire pour vivre cette passion.

3. Quelle a été ta plus grande réussite en tant qu’entrepreneure?

J'ai ressenti beaucoup de fierté récemment. J'ai été approchée par des sociétés de capital-risque, c’est-à-dire des sociétés qui investissent dans des entreprises parce qu'elles y voient un potentiel énorme. C'est assez rare que de telles compagnies viennent frapper à ta porte, surtout après seulement 24 mois d'existence. Mais malgré tout, j'ai décidé de refuser leur offre pour une raison toute simple : si les gens voyaient déjà le potentiel de mon entreprise après 24 mois, ça veut dire qu'on était déjà sur la bonne voie sans même avoir besoin d'eux. C'est une décision qui m'a donné beaucoup de force pour conserver mon indépendance tout en continuant dans la direction de ma vision.

4. Quel a été ton plus grand défi?

Tout peut devenir un défi, il n'y en a pas un en particulier qui ressorte. Je pense qu'en tant qu'entrepreneure, on fait face à des défis tous les jours. Je règle des soucis quotidiennement, et c'est la nature de mon travail. Mais ce ne sont pas des défis qui m'arrêtent. Je les vois plutôt comme une étape de plus à franchir vers le but ultime. Pour moi, ce n'est pas du stress, ça m'excite.

5. Quel conseil donnerais-tu à une personne voulant lancer sa propre entreprise?

Je vous donnerais comme conseil d'avoir une vision qui tient sur une ligne maximum, et de construire cette vision au quotidien. Ne pas s'attarder sur les micro problèmes pour plutôt chercher des solutions sur le gros plan. Au début, c'est vraiment difficile de définir ce qu'on fait. Mais tant qu'on travaille dessus tous les jours, éventuellement, ça devient quelque chose qui a de l'allure. Maison Tess, au tout début, ce n'était "rien", si on veut. Il n'y avait pas de nom, pas de couleur, pas de voix. En allant au bureau tous les jours, en y allant à fond dans notre projet, on a réussi à y donner cette touche pour concrétiser cette vision.

6. Quel conseil donnerais-tu aux autres entrepreneurs québécois pour s’adapter aux circonstances inattendues?

Évidemment, je n'ai pas la réponse universelle. Mais je dirais qu'il faut vraiment suivre le cours des choses, et s'adapter en continu. Parfois, il va arriver qu'on soit dans une situation où on est vraiment impuissants. L'important, c'est de s'entourer d'employés sur qui on mise, maintenir une relation de confiance avec eux et avec nos fournisseurs... Il faut être flexible et tout de même essayer de donner autant d'heures de travail qu'il le faut. Il faut aussi s'adapter à la nouvelle réalité de ses clients et se mettre à la place du consommateur pour produire une expérience client plus adaptée.

Il faut enfin se compter chanceux de vivre au Québec et d'avoir tout le soutien qu'on a ici en tant qu'entrepreneurs. Tellement de gens ont des rêves qu'ils ne peuvent pas exécuter. C'est une chance incroyable que de pouvoir rêver, et il faut garder cette attitude positive et cette gratitude en tête.

7. Pourquoi avoir choisi le nom Maison Tess?

Au début, je n'arrivais pas à trouver de nom. C'était mission impossible, car même lorsque j'avais des idées, les noms de domaine étaient pris, les noms sur les médias sociaux étaient pris. Bref, après 7 mois, j'avais un projet quasiment fini, sans nom. Je suis allée voir mon père et je lui ai dit "je suis en train de devenir dingue. J'ai un projet, et je n'arrive pas à trouver de nom". Alors il m'a dit "eh bien, il va falloir que tu l'inventes". C'est comme ça que j'ai pensé à Tess : "T" pour mon mari Thomas, "E" pour mon fils Éli, et le double "S" pour ma fille Sasha qui a deux "S" dans son nom.

8. Quels sont 3 mots que tes clients sont susceptibles d’utiliser pour décrire Maison Tess?

Authentique, on est extrêmement transparents avec nos clients, et on vend directement nos produits sans aucun intermédiaire.

Mode, car on allie le monde de la mode et celui de la maison.

Et puis responsable, car l'une des missions les plus importantes chez Maison Tess et de créer des produits qui sont respectueux de l'environnement et la société. On a des certifications comme OEKO TEX, qui veut dire que nos produits sont conçus sans aucun agent nocif pour l'environnement ou pour les gens. Nous sommes aussi membres de BCI, Better Cotton Initiative, et on s'assure que tout le coton produit pour Maison Tess est de source équitable et écologique. De plus, au niveau de la consommation, on essaie vraiment de réduire notre empreinte écologique au niveau du gaspillage : on minimise le nombre de boîtes utilisées pour chaque client, on n’utilise aucun plastique dans nos emballages et on envoie des échantillons de tissus gratuits aux clients pour diminuer le nombre de retours ou d’échanges par la poste. Enfin, on fait aussi beaucoup de choses au plan social. Par exemple, tous nos articles retournés qui sont dans un bon état sont donnés à un refuge pour femmes à Montréal qui s'appelle Chez Doris, pour aider les femmes dans le besoin.

9. Qu’est-ce qui surprend le plus tes clients lorsqu’ils découvrent Maison Tess?

Tout simplement de découvrir une marque comparable aux grandes marques de maison, mais basée au Canada. En plus de ça, la qualité des produits, les couleurs, tout ça joue un rôle important, mais le fait même qu'il existe une alternative canadienne de qualité a tendance à surprendre les gens.

10. Parle-moi de tes produits. Qu’est-ce qui les rend si spéciaux?

Il y a plusieurs éléments. Premièrement, la qualité, de matière générale, est vraiment premium. Le choix des matières que nous avons est assez réfléchi et couvre plusieurs différents budgets. On commence avec de la percale de coton, à peu près à 55 $ pour une taie d'oreiller, et puis on finit avec du lin lavé, qui coûte environ 300 $ pour une housse de couette. Donc on essaie vraiment d'avoir quelque chose pour tout le monde. On offre aussi le Coco Linen, qui est un mélange exclusif pour Maison Tess fait de 55 % de lin et 45 % de coton. Les gens aiment beaucoup ce matériau-là, puisque ça offre la possibilité d'avoir des couleurs un peu plus mode, et ça se mélange bien à un set en lin ou à un set en coton. On offre aussi maintenant plus de produits, comme des couvertures ou encore notre ligne pour enfants, qui accommode tout, du nourrisson au lit double pour enfants.

11. Comment a évolué Maison Tess depuis l’idée initiale jusqu’à aujourd’hui?

Ça a beaucoup évolué. Il faut savoir que, de rendre les choses simples, c'est très compliqué. Rendre cette expérience client aussi simple, ça nous a demandé ces quatre ans d'essais et d'erreurs. Au début, on se compliquait beaucoup les choses. Et puis, de fil en aiguille, on a épuré cette idée pour que ça devienne ce que c'est aujourd'hui. Au début, les gens pensaient qu'on était vingt dans l'équipe, alors que ce n'était que ma sœur et moi. Aujourd'hui, nous avons une belle équipe et même un entrepôt, car nos volumes augmentent mois après mois. Toutes ces choses-là, ça a été le résultat de beaucoup de travail et de beaucoup de passion.

12. Pour finir, où aimerais-tu voir la Maison Tess dans 5 ans?

J'aimerais que ce soit la référence pour tout ce qui est "maison" au Canada et aux États-Unis. Bref, j'aimerais que lorsque les gens pensent "maison", ils pensent "Maison Tess".


Voir la fiche sur Le Panier Bleu

Articles qui pourraient vous intéresser

Infolettre

Inscrivez-vous pour découvrir les derniers articles en primeur et être informés de l'évolution du Panier Bleu!

Merci! Votre inscription a bien été reçue
Une erreur est survenue. Nous vous invitons à réessayer ultérieurement