Portrait d’entrepreneure : Marilyne Bouchard, fondatrice de BKIND

2020-09-11
Santé et beautéL'équipe du Panier BleuFiche du commerçant

Ayant elle-même une peau très sensible, Marilyne Bouchard a commencé à concevoir ses propres recettes 100% naturelles de produits pour la peau… Dans sa cuisine! C’est ainsi qu’en 2014, elle fonde BKIND, une entreprise de produits corporels naturels, véganes et sans cruauté. 

Sa mission? Promouvoir les plantes à travers des produits de qualité, dans le respect de la nature et des animaux. 

Nous avons eu le plaisir de discuter avec elle pour en apprendre davantage sur cette jeune entrepreneure inspirante et obtenir pour vous quelques conseils de sa part!

1. Pour toi, ça veut dire quoi entreprendre?
C'est vraiment je crois de prendre des idées, des valeurs et de les mettre en œuvre.

2. Qu’est-ce qui t’encourage à te lever le matin chaque jour et à continuer ce que tu fais?J'ai quand même l'impression, même si c'est petit, de faire une différence. Le milieu de la beauté c'est vraiment un domaine où le suremballage, la cruauté envers les animaux, c'est prédominant. C'est difficile de faire une différence parce qu'il y a tellement de compagnies. Mais je pense qu'on le fait, et c'est ça qui me motive.

C'est aussi les commentaires qu'on reçoit de nos clientes. Des fois, je peux pas croire que les gens prennent le temps de nous écrire - je ne sais pas si les gens pensent qu'on ne les lit pas, mais oui, on voit tout passer. Pour moi, quand je reçois des messages de gens qui prennent la peine de partager leur expérience, ça me donne vraiment l'énergie pour continuer.

3. Quelle a été ta plus grande réussite en tant qu’entrepreneure?
Je pense que c'est d'avoir des employés. Je sais que c'est niaiseux mais en fait, j'aurais jamais pensé que des gens embarqueraient dans mon projet au point où que ça devienne leur emploi. On est rendus neuf dans l'équipe et je peux toujours pas y croire. Quand j'ai parti ça, c'était tout petit, je faisais les produits moi-même dans ma cuisine, je mettais ça dans des pots et j'appliquais mes étiquettes moi-même... Donc je crois que c'est vraiment une réussite d'avoir une équipe maintenant pour faire tout ça.

4. Quel a été ton plus grand défi?
Moi j'ai vraiment un parcours en sciences, et non en business. Donc j'apprends beaucoup sur le tas, par exemple lorsqu'il faut instaurer des systèmes comme la livraison. Cet univers-là c'est vraiment nouveau pour moi. Donc j'essaie de bien m'entourer, surtout parce que quand tu es seule à la tête d'une entreprise, c'est quand même un défi d'être bonne dans tout.

5. Quel conseil donnerais-tu à une personne voulant lancer sa propre entreprise?
Je pense que j'aurais dû me lancer à temps plein sur mon projet plus tôt, avec du recul. Je crois qu'il faut se faire confiance - moi j'aurais dû me faire plus confiance, par exemple.

Un autre conseil que je donnerais, c'est de ne pas se gêner pour demander de l'aide autour de soi. Si tu poses des questions à tes amis en marketing, en droit, en comptabilité, ça va leur faire super plaisir de t'aider avec ta startup. Ça c'est sûr à 100%.

6. Quel conseil donnerais-tu aux autres entrepreneurs québécois pour s’adapter aux circonstances inattendues
Honnêtement, ce serait d'y aller au jour le jour, sinon ça peut vite devenir overwhelming. Ça sert à rien de paniquer pour des affaires qui ne sont pas encore arrivées. À chaque jour, on se dit juste "the show must go on - aujourd'hui qu'est-ce qu'on a en inventaire? Ok, ben c'est ça qu'on va pousser".

7. Quels sont 3 mots que tes clients sont susceptibles d’utiliser pour décrire BKIND?
Engagé, douceur et accessible.

8. Qu’est-ce qui surprend le plus tes clients lorsqu’ils découvrent ta marque?
Je pense que c'est les efforts qu'on met dans les petites touches. Par exemple, nos boîtes sont fabriquées ici, et à l'intérieur, les produits sont protégés par des petites peanuts biodégradables qui fondent sous l'eau. Ou encore nos rouleaux pour le visage en jade : ils sont protégés par des petits confettis plantables qui deviennent des fleurs sauvages du Canada.

9. Comment BKIND a évolué depuis l’idée initiale jusqu’à aujourd’hui?
Au début, j'étais beaucoup axée sur le fait que les produits soient végétaliens et sans cruauté. L'environnement aussi, oui, mais je pense que je n'étais pas assez encore conscientisée. Avec le temps, mes valeurs personnelles ont évolué, et ça s'est reflété dans la compagnie. L'environnement a pris beaucoup d'importance, ainsi que le local. Quand tu commences, c'est plus difficile de pouvoir tout faire ici. Mais dans les deux dernières années on a été chanceux de pouvoir commencer à s'approvisionner au Québec et au Canada et c'est devenu une priorité.

10. Pour finir, où aimerais-tu voir BKIND dans 5 ans?
Il y a 5 ans, jamais j'aurais imaginé que nos produits seraient chez Simons, Indigo, Wholefoods... Mais dans 5 ans, je crois que j'aimerais pousser davantage notre sélection sans emballage et le remplissage en boutique. Mon but personnel aussi, ce serait que dans 5 ans, les gens sachent c'est quoi BKIND, d'être sur la map. Et possiblement d'ouvrir d'autres boutiques!

Voir la fiche sur Le Panier Bleu

Articles qui pourraient vous intéresser

Infolettre

Inscrivez-vous pour découvrir les derniers articles en primeur et être informés de l'évolution du Panier Bleu!

Merci! Votre inscription a bien été reçue
Une erreur est survenue. Nous vous invitons à réessayer ultérieurement